DE FR
Symptômes, Diagnostic, Traitement Symptômes

les symptômes majeurs sont la fatigue, la diminution de la force, des performances et des fonctions cognitives, la chute des cheveux et des troubles de la régulation thermique

Carence en fer sans anémie

Fatigue

La fatigue est l’une raisons les plus courantes qui poussent à consulter un médecin. Le diagnostic différentiel est essentiel pour exclure, outre la carence en fer avec ou sans anémie, l’hypothyroïdie, l’insuffisance surrénale, le diabète sucré, l’hyperparathyroïdie, une infection chronique et des maladies neurologiques telles que sclérose en plaques ou dépression. Verdon et ses collègues de Lausanne ont observé, lors d'une étude randomisée et contrôlée contre placebo incluant 144 femmes, que la supplémentation en fer est bénéfique aux femmes non anémiques présentant comme symptôme majeur la fatigue: sur une échelle de 1 à 10, la fatigue a diminué de 29% sous administration de fer, et seulement de 13% (p=0,004) dans le groupe placebo [1]. Seules les femmes ayant un taux de ferritine inférieur à 50 µg/l en ont bénéficié, d'après une analyse en sous-groupe effectuée par les auteurs.

L’étude publiée en 2014 par Herf et al. a montré, elle aussi, une amélioration significative de l’état de fatigue suite à une supplémentation en fer. Cette étude multicentrique, prospective et non interventionnelle était destinée à évaluer l’efficacité et la tolérance du fer carboxymaltose dans son utilisation en consultation gynécologique de routine. Des données provenant de 273 patientes ont été exploitées. Dans tous les sous-groupes, une amélioration très nette de l’ensemble des symptômes, tels que fatigue, difficultés de concentration, pâleur des muqueuses, maux de tête, troubles du sommeil, a été observée chez 92% des femmes. [14].

Performance et force

La carence en fer peut diminuer la forme physique. Différentes études menées au cours des dernières années ont confirmé que la supplémentation en fer destinée à traiter la carence en fer - même sans anémie - améliore la performance aérobie, l’endurance musculaire, ainsi que l’efficacité énergétique [2-5].

Fonctions cognitives

Une grave carence en fer se traduit chez les enfants par des retards de croissance et des troubles du développement du système nerveux central. Une amélioration par administration de fer a pu être démontrée, au moins chez les enfants âgés de plus de 2 ans [6]. L'administration de fer est également bénéfique aux adultes atteints de carence en fer sans anémie. Deux études menées sur la supplémentation en fer, contrôlées contre placebo, ont montré une amélioration de l’attention, de l’apprentissage verbal et de la mémoire; les résultats étaient particulièrement significatifs dans une étude incluant 113 femmes entre 18 et 35 ans, traitées par substitution de fer durant 16 semaines - étude publiée en 2007 dans l’American Journal of Clinical Nutrition [7,8].

Chute des cheveux

Le lien entre carence en fer et divers types d’alopécie a déjà été constaté il y a quelques années [9]. Ces résultats ont été confirmés récemment par les auteurs d’une importante étude incluant 5'000 femmes entre 35 et 60 ans: chez les femmes souffrant d’une chute des cheveux excessive, une ferritine sérique < 40 µg/l a été observée significativement plus souvent que chez celles qui ne perdaient pas leurs cheveux [10]. L’efficacité de la supplémentation en fer contre la chute des cheveux ne peut, pour l’instant, être évaluée de manière définitive. L’essai d’un traitement à base de fer semble néanmoins justifié en cas de carence confirmée, car les experts supposent que le traitement spécifique de l’alopécie associé à l'administration de fer améliore le taux de réponse [11].

Restless Legs - syndrome des jambes sans repos

Des connaissances récemment acquises confirment le lien entre disponibilité du fer dans le cerveau et syndrome des jambes sans repos (SJRS) [12]. Toutefois, on ne dispose pas encore de preuves suffisantes pour recommander un traitement systématique à base de fer dans le cas du SJRS.

Régulation thermique

Les patients atteints de carence en fer - et particulièrement ceux qui souffrent d'anémie ferriprive - ont une moins bonne tolérance au froid que les autres. Ils réagissent au froid par une sécrétion accrue de noradrénaline et par une consommation d’oxygène plus élevée [13].

Anémie ferriprive

L’anémie ferriprive n'étant rien d’autre qu’une forme prononcée de la carence en fer, les symptômes sont en partie identiques à ceux de la carence en fer sans anémie. Voici les symptômes majeurs:

  • fatigue
  • intolérance à l'effort
  • dyspnée
  • palpitations, tachycardie
  • maux de tête
  • pâleur de la peau/des muqueuses (Hb < 90 g/l)
  • œdèmes au bas des jambes

Auxquels s'ajoutent les symptômes de la carence en fer ...

  • lésions des tissus épithéliaux (ongles cassants, koïlonychie (ongle en cuiller)), rhagades des commissures labiales (cheilosis), glossite atrophique, membrane post-cricoïdienne (syndrome de Plummer-Vinson)
  • Pica (trouble du comportement alimentaire caractérisé par l'ingestion compulsive de substances non comestibles telles que cendre, terre, poussière, etc.)

... plus, le cas échéant, les symptômes de la maladie sous-jacente (hyperménorrhée, symptômes abdominaux et autres).

 

Références

  1. Verdon F et al. Iron supplementation for unexplained fatigue in non-anaemic women: double blind randomised placebo controlled trial. BMJ 2003;326:1124-1126
  2. Brownlie T et al. Marginal iron deficiency without anemia impairs aerobic adaptation among previously untrained women. Am J Clin Nutr 2002;75:734-742
  3. Brownlie T et al. Tissue iron deficiency without anemia impairs adaptation in endurance capacity after aerobic training in previously untrained women. Am J Clin Nutr 2004;79:437-443
  4. Brutsaert TD et al. Iron supplementation improves progressive fatigue resistance during dynamic knee extensor exercise in iron-depleted, nonanemic women. Am J Clin Nutr 2003;77:441-448
  5. Hinton PS, Sinclair LM. Iron supplementation maintains ventilatory threshold and improves energetic efficiency in iron-deficient nonanemic athletes. Eur J Clin Nutr 2007;61:30-39
  6. McCann JC, Ames BN. An overview of evidence for a causal relation between iron deficiency during development and deficits in cognitive or behavioral function. Am J Clin Nutr 2007;85:931-945
  7. Bruner AB et al. Randomised study of cognitive effects of iron supplementation in nonanaemic iron-deficient adolescent girls. Lancet 1996;348:992-996
  8. Murray-Kolb L, Beard JL. Iron treatment normalizes cognitive functioning in young women. Am J Clin Nutr 2007;85:778-787
  9. Kantor J et al. Decreased serum ferritin is associated with alopecia in women. J Invest Dermatol 2003;121:985-988
  10. Deloche C et al. Low iron stores: a risk factor for excessive hair loss in non-menopausal women. Eur J Dermatol 2007;17:507-512
  11. Trost LB et al. The diagnosis and treatment of iron deficiency and its potential relationship to hair loss. J Am Acad Dermatol 2006;54:824-844
  12. Connor JR. Pathophysiology of restless legs syndrome: evidence for iron involvement. Curr Neurol Neurosci Rep 2008;8:162-166
  13. Martines-Torres C et al. Effect of exposure to low temperature on normal and iron-deficient subjects. Am J Physiol 1984;246:R380-R383
  14. Herfs R et al. Treatment of Iron Deficiency with or without Anaemia with Intravenous Ferric Carboxymaltose in Gynaecological Practices - A Non-Interventional Study. Geburtshilfe Frauenheilkd. 2014 Jan;74(1):81-88.
  • iron-paatientenseite
    check-ton-fer.ch
  • 10th IRON ACADEMY
    Lausanne, 11 Mai 2017
  • Injections de fer lors d’insuffisance cardiaque
    Recommandations de l‘ESC